Fall Prevention Guide | Philips Lifeline ®

Au Canada, toutes les 12 secondes un aîné fait une chute. Parmi ces victimes de chutes, 67 % souffrent de blessures potentiellement mortelles si elles ne sont pas secourues dans un délai de 72 heures.

La meilleure défense contre les blessures causées aux aînés suivant une chute accidentelle consiste, en premier lieu, à prévenir les chutes. Cette approche défensive permettra d’éviter les chutes pouvant entraîner des blessures aux personnes âgées, voire la mort. De même, la prévention des chutes est extrêmement importante pour votre santé mentale. Selon des études, elle repousse de façon notable le besoin d’intégrer un établissement de soins de longue durée. Avec de la vigilance, la prévention des chutes peut accroître votre confiance et votre santé mentale, ce qui vous aidera à maintenir votre autonomie. Dans ce guide de prévention des chutes, nous :

  • Fournissons une liste de vérification sur la façon de prévenir les chutes dans la maison et autour;
  • Offrons des trucs et conseils sur le mode de vie afin de renforcer la prévention des chutes;
  • Examinons les conditions de santé qui accroîtront le risque de chute;
  • Explorons les effets d’une chute lorsque vous ne pouvez pas vous relever;
  • Définissons le cycle vicieux des chutes;
  • Proposons un guide détaillé sur la façon de se relever après une chute;
  • Décrivons l’approche de Lifeline relativement à la prévention des chutes.

Liste de vérification de Lifeline pour la prévention des chutes

À mesure que nous vieillissons, certains objets domestiques habituellement inoffensifs commencent à poser un plus grand risque. Les tapis, escaliers, planchers et même les petits animaux peuvent être dangereux. La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses chutes peuvent être évitées. Vous pouvez évaluer vous-même la sécurité de votre domicile et y apporter les modifications requises ou faire effectuer le travail par des aidants professionnels. En particulier, les évaluations menées par une infirmière, un physiothérapeute ou un ergothérapeute ont montré une réduction du risque de chute de près de 20 %.

Pour la population vieillissante, les chutes dans la maison et autour représentent les accidents les plus fréquents. Dans la maison, les chutes surviennent surtout dans la salle de bains ou dans la chambre à coucher, de même que dans les escaliers. Quelques modifications au domicile peuvent éviter des situations dangereuses. Pensons entre autres aux planchers glissants, à l’éclairage insuffisant, aux carpettes mal fixées, aux seuils surélevés et au désordre.

Pour assurer la sécurité de votre domicile dans le but de prévenir les chutes, commencez par examiner chacune des pièces. Posez un regard objectif sur l’espace en vous demandant : cet endroit est-il sécuritaire? Des objets ou articles posent-ils un risque de chute? Le cas échéant, il existe plusieurs moyens de rendre la maison plus sécuritaire.

La liste de vérification suivante vise à aider les aînés à minimiser le risque de chute à domicile :

À l’extérieur de votre maison

  • Peignez le bord des marches extérieures et de toutes les marches particulièrement étroites ou celles qui sont plus hautes ou plus basses que les autres.
  • Pour une meilleure adhérence, peignez les marches extérieures avec un mélange de sable et de peinture. Gardez les allées extérieures propres et bien éclairées.
  • Enlevez la neige et la glace dans les entrées et sur les trottoirs.

À l’intérieur de votre maison

  • Éliminez tout désordre dans votre maison.
  • Rangez les cordons électriques et téléphoniques hors des passages.
  • Ancrez les tapis et collez les couvre-plancher de vinyle pour qu’ils soient bien à plat. Enlevez ou remplacez les petits tapis et les tapis chemin qui tendent à glisser, ou fixez-y un endos antidérapant
  • Assurez-vous que les tapis sont bien fixés aux marches d’escalier.
  • Ne grimpez pas sur une chaise pour atteindre des objets. Rangez les objets courants dans un endroit d’accès facile.

Gardez votre maison bien éclairée

  • Assurez-vous d’avoir facilement accès à une lampe ou un interrupteur sans devoir vous lever du lit.
  • Utilisez des veilleuses dans la chambre, la sale de bains et les couloirs.
  • Gardez une lampe de poche à portée de la main.
  • Assurez-vous d’avoir des interrupteurs d’éclairage à chaque extrémité de l’escalier et des couloirs. Installez une rampe de chaque côté de l’escalier.
  • Allumez les lumières lorsque vous entrez dans la maison le soir.

Conseils pour la salle de bains

  • Ajoutez des barres d’appui dans la douche, la baignoire et près de la toilette.
  • Utilisez des bandes adhésives antidérapantes ou un tapis antidérapant dans la douche ou la baignoire.
  • Dans la douche, songez à vous asseoir sur un petit banc ou un tabouret.
  • Pensez à utiliser un siège de toilette surélevé.

Soyez prudent lorsque vous marchez

  • Utilisez des appareils d’aide, une canne par exemple, comme recommandé par votre professionnel de la santé.
  • Portez des chaussures antidérapantes à talons bas ou des pantoufles bien ajustées. Évitez de marcher en chaussettes.

À ne pas oublier…

  • Passez en revue vos médicaments avec votre médecin ou pharmacien. Certains médicaments, y compris ceux en vente libre, peuvent provoquer de la somnolence, des étourdissements et des déséquilibres.
  • Discutez avec votre médecin du niveau sécuritaire de consommation d’alcool.
  • Faites examiner votre ouïe et votre vue. Des problèmes liés à l’oreille interne peuvent nuire à votre équilibre. Des problèmes de vision nuisent à la détection des dangers potentiels.
  • Faites de l’exercice régulièrement afin d’améliorer la flexibilité et la force musculaires ainsi que l’équilibre. Discutez de programmes d’exercices qui vous conviennent avec votre professionnel de la santé.
  • Si vous vous sentez étourdi, assoyez-vous ou restez assis jusqu’à ce que le malaise disparaisse. Levez-vous lentement pour éviter les

Les facteurs de chute les plus courants dans la maison et autour :

Changements liés à la santé et à l’âge

  • Problèmes d’équilibre
  • Réflexes plus lents
  • Vue affaiblie
  • Prise de certains médicaments

Danger dans la maison

  • Planchers glissants
  • Mauvais éclairage
  • Cordons électriques dans les passages
  • Tapis mal ancrés
  • Seuils surélevés
  • Désordre

Conseils sur le mode de vie pour la prévention des chutes :

En plus de suivre la liste de vérification, vous disposez de plusieurs trucs pour prévenir les chutes dangereuses. Si vous êtes déterminé à prévenir les chutes, voici certaines questions auxquelles vous devriez répondre. Chaque réponse positive décroît votre risque d’être victime d’une chute.

Est-ce que je fais de l’exercice régulièrement?

L’activité physique, pratiquée de façon régulière et modérée, accroît la force musculaire et l’équilibre. Votre professionnel de la santé peut vous recommander un programme d’exercices qui vous convient.

Mon régime alimentaire est-il équilibré et judicieux?

Une bonne alimentation fournit de l’énergie. N’oubliez pas de prendre du calcium et de la vitamine D pour renforcer les os, si votre médecin l’approuve.

Ai-je évalué la sécurité de mon domicile?

Éliminez les sources de danger (éclairage insuffisant, carpettes, désordre, etc.). Ajoutez des accessoires de sécurité (comme des barres d’appui, des tapis antidérapants et des veilleuses).

Est-ce que je prends des précautions supplémentaires?

Prenez votre temps et anticipez la suite des événements, surtout dans des endroits nouveaux ou peu familiers. Lorsque vous vous levez, attendez quelques secondes avant de marcher.

Mes chaussures sont-elles adéquates?

Choisissez des chaussures robustes à talon plat et munies de semelles en caoutchouc antidérapantes. Vérifiez qu’elles sont bien ajustées.

Mon professionnel de la santé a-t-il passé mes médicaments en revue?

Mentionnez-lui tous les médicaments que vous prenez, qu’ils soient délivrés sur ordonnance ou en vente libre, afin de lui permettre d’évaluer correctement les avantages et les risques liés à chacun d’eux.

Ai-je discuté de mes craintes avec mon professionnel de la santé?

Avertissez votre médecin si vous avez fait une chute ou si vous avez des étourdissements ou des problèmes d’équilibre ou de vision. Il peut vous recommander des ateliers d’équilibre ou des séances de physiothérapie ou d’ergothérapie pour vous aider à marcher de façon plus sûre et à vous relever correctement en cas de chute.

Ai-je recours à un service d’alerte médicale?

Le fait de savoir que vous obtenez une aide rapide sur simple pression d’un bouton vous rassure et vous permet de demeurer le plus actif possible.

Les maladies chroniques accroissent radicalement le risque de chute.

ARTHRITE

Une diminution de la force musculaire et de l’équilibre accroît le risque de chute.

OBÉSITÉ

Un manque d’exercice peut affaiblir les jambes, ce qui accroît le risque de chute.

LIMITATIONS FONCTIONNELLES

Elles altèrent la mobilité et constituent un indicateur mesurable de chutes répétées.

MÉDICAMENTS MULTIPLES

De nombreux facteurs sont associés à un risque de chute accru et aux blessures afférentes, mais aucun n’est aussi évitable ou réversible que l’usage de médicaments.

PEUR DE TOMBER

Elle se solde souvent par un taux d’activité réduit qui, à son tour, accroît le risque de chute.

HYPERTENSION

Des épisodes d’étourdissement et de vertige nuisent à l’équilibre, à la coordination et à la vision.

DIABÈTE

Les complications courantes, comme la neuropathie périphérique, la rétinopathie et la néphropathie, agissent de façon indépendante et interdépendante pour accroître le risque de chute.

C’est bien d’être proactif et de prendre soin de vous, mais parfois des choses sont hors de votre contrôle. Certains problèmes médicaux peuvent accentuer grandement le risque de chute. Si vous avez plus de 65 ans et si vous souffrez d’un de ces troubles de santé, alors votre risque de chute est beaucoup plus élevé.

Environ 80 % des aînés souffrent d’au moins une maladie chronique, et le tiers est limité dans ses activités en raison de ces problèmes. Il existe une corrélation directe entre plusieurs de ces maladies chroniques affectant les aînés et un risque accru de chute.

Quelles peuvent être les conséquences d’une chute?

Selon l’Agence de santé publique du Canada, 60 % de toutes les visites à l’urgence, pour des causes non fatales, sont attribuées aux chutes chez les aînés.

La première chute peut avoir de lourdes conséquences. Mais que se passe-t-il si vous ne pouvez pas vous relever? Suivant une chute, la moitié des aînés est incapable de se relever sans aide. L’impuissance liée au fait de ne pouvoir vous relever après une chute peut être fort nuisible à votre santé à long terme. La capacité de vous relever ou d’obtenir de l’aide le plus rapidement possible contribuera à prévenir d’autres blessures.

Complications majeures suivant une chute :

Une immobilisation prolongée suivant une chute de laquelle vous ne pouvez vous relever peut entraîner de graves complications ainsi que d’autres problèmes pouvant exiger une hospitalisation.

  • Ulcères de pression : Aussi connus sous le nom de « plaies de lit », ces ulcères peuvent se manifester lorsqu’une zone cutanée subit une pression prolongée. Cela peut survenir si vous tombez et si vous êtes incapable de changer de position. La plupart des ulcères de pression peuvent être soignés, mais certains ulcères peuvent ne jamais guérir adéquatement.
  • Rhabdomyolyse : Déclenchée par les dommages musculaires causés par une blessure, la rhabdomyolyse consiste en la libération de myoglobine dans la circulation sanguine. Dans les pires cas, le recours à la dialyse pourrait être nécessaire afin de lutter contre les dommages rénaux.
  • Déshydratation : Il peut être néfaste d’être privé longtemps de nourriture ou d’eau. Cela peut entraîner de la confusion, de l’hypotension orthostatique, du délire, voire la mort.
  • Pneumonie par aspiration : Un problème respiratoire causé par une inflammation ou une infection des poumons. Elle peut engendrer un syndrome de détresse respiratoire aiguë et la mort.

Après une chute, le risque accru de faire d’autres chutes représente un autre problème majeur. Au cours des deux premières semaines suivant la fin de l’hospitalisation en raison d’une chute, la probabilité que des chutes répétées surviennent est quatre fois plus élevée. Cela peut amorcer un cycle vicieux de chutes récurrentes.

La peur de tomber joue un rôle critique dans ce cycle vicieux.

La peur de tomber peut vous mener à réduire vos activités physiques, entraînant une perte de force, une diminution du tonus musculaire, des problèmes d’équilibre, une détérioration de l’état de santé général et souvent la dépression, autant de facteurs qui augmenteront le risque de faire une nouvelle chute. Il s’agit d’un cycle vicieux, mais en transformant votre peur en action, vous améliorez vos chances d’éviter le cycle des chutes.

Le risque de chute est plus élevé chez les personnes de 65 ans et plus. Toutefois, les aînés ne sont pas les seuls concernés.

Personne n’est à l’abri des chutes : jeunes, vieux, hommes ou femmes. Les blessures découlant d’une chute inopportune peuvent avoir des conséquences pour chacun et non seulement pour les personnes âgées. En général, les gens de plus de 65 ans sont statistiquement plus susceptibles de tomber. Cependant, si vous souffrez d’une maladie cardiaque, de vertige ou d’un traumatisme crânien, ou encore si vous avez survécu à un AVC ou si votre mobilité est réduite, le fait d’adopter des mesures de prévention des chutes peut améliorer votre qualité de vie.

Que devriez-vous faire après une chute?

Qu’il s’agisse ou non de votre première chute, vous pouvez prendre certaines mesures qui contribueront à améliorer la situation. Nous espérons qu’en suivant ces trois étapes vous pourrez, en cas de chute, reprendre une position appropriée.

1. Préparez-vous

La première chose à faire après être tombé consiste à vous préparer à vous relever.

Getting up quickly or the wrong way could make an injury worse. If you are hurt, call for help using a medical alert service or a telephone.

En vous relevant rapidement ou de la mauvaise manière, vous pourriez aggraver une blessure. Si vous êtes blessé, appelez à l’aide en utilisant un service d’alerte médicale ou un téléphone.

Look around for a sturdy piece of furniture or the bottom of a staircase. Don’t try to stand up on your own.

Repérez un meuble solide ou le bas de l’escalier. N’essayez pas de vous remettre debout.

Roll over onto your side by turning your head in the direction you are trying to roll, and then move your shoulders, arm, hips, and finally, your leg over.

Tournez-vous sur le côté en regardant d’abord dans la direction où vous voulez vous tourner, puis pivotez les épaules, le bras, les hanches et, enfin, la jambe.

2. Soulevez-vous

Après les préparatifs nécessaires, essayer de vous soulever en vue d’atteindre une position assise.

Push your upper body up. Lift your head and pause for a few moments to steady yourself.

Avec vos bras, soulevez votre torse. Relevez la tête et arrêtez-vous un instant pour retrouver votre stabilité.

Slowly get up on your hands and knees and crawl to a sturdy chair.

Soulevez-vous lentement sur vos mains et vos genoux, puis rampez jusqu’à une chaise solide.

Place your hands on the seat of the chair and slide one foot forward so it is flat on the floor.

Placez les mains sur le siège et glissez un pied vers l’avant afin qu’il soit à plat sur le sol.

3. Assoyez-vous

Finalement, si possible, assoyez-vous sur une chaise.

Keep the other leg bent with your knee on the floor.

Gardez l’autre genou au sol.

From this kneeling position, slowly rise and turn your body to sit in the chair.

De cette position, relevez-vous lentement et pivotez votre corps afin de vous asseoir sur la chaise.

Sit for a few minutes before you try to do anything else.

Restez assis quelques minutes avant d’essayer de faire autre chose.

Vous avez aussi d’autres options..

Philips Lifeline a consacré temps et ressources afin d’aider les aînés à obtenir la protection nécessaire en cas de chute. Nous comprenons qu’en vieillissant, il est important de maintenir son autonomie. Voilà pourquoi nous visons à fournir la meilleure technologie en matière de prévention des chutes.

Nous offrons des produits visant à prévenir les chutes et à fournir de l’aide en cas de besoin.

Our products are equipped with AutoAlert Fall Detection Technology, to ensure that you will get the help you need in the fastest amount of time possible.

AutoAlert technology has built in SMART sensors that can tell if you fall and will call the Lifeline response centre automatically.

Nos produits sont dotés de la technologie de détection des chutes AutoAlerte afin que vous receviez l’aide nécessaire dans les plus brefs délais.

La technologie AutoAlerte avec capteurs intelligents peut détecter votre chute et communiquera automatiquement avec le Centre de télésurveillance Lifeline.

Le bouton d’aide HomeSafe avec AutoAlerte se porte sur un pendentif avec cordon réglable. Ce petit dispositif discret comprend la protection supplémentaire de détection automatique des chutes.

Vous pouvez être tranquille avec AutoAlerte, car vous saurez qu’advenant une chute qui vous laisse confus ou même sans connaissance, la fonction de détection des chutes avisera automatiquement nos Centres de télésurveillance qu’une aide pourrait être nécessaire.1 Sur le marché canadien actuel, HomeSafe avec AutoAlerte est la meilleure technologie de détection des chutes intégrée dans un pendentif. AutoAlerte a détecté plus de 200 000 chutes.

Vous avez des questions ou désirez parler à un représentant?

Philips Shield Logo
774, boul. Décarie, bureau 100, Saint-Laurent (Québec) H4L 3L5
105 – 95 Barber Greene Road, Toronto, ON M3C 3E9

* Some conditions apply, Available at locally participating programs.

1 Equipment may not detect all falls. Undetectable falls can include slow falls, falls from low heights and slides from seated positions. If able, users should always push their button when they need help.

2 #1 claim based on number of subscribers. Available at participating Lifeline programs.

Caution: To reduce any risk of strangulation, Philips Lifeline neck cords are designed to break apart under certain conditions. However, any cord worn around the neck can pose a strangulation risk, including the possibility of death and serious injuries. This may be of more concern to wearers in wheelchairs, using walkers, using beds with guard rails, or who might encounter other protruding objects upon which the cord can become tangled.

Click here to Appel Click here to contact us and Courriel