Maladies chroniques et risque de chute - Philips Lifeline

Lifeline Interconnexion pour les professionnels de la santé

Lifeline Interconnexion pour les professionnels de la santé

Selon une étude de Philips Research, les aînés souffrant de maladies chroniques courent un risque plus élevé que la moyenne de faire une chute grave. Même les aînés plus jeunes sont à risque.

On sait que chaque année un aîné sur trois fait une chute. Mais certains segments de la cohorte des 65 ans et plus tombent plus souvent et sont plus susceptibles que les autres de subir une blessure grave. Un de ces segments compte les aînés souffrant de maladies chroniques, comme les cardiopathies, le diabète et la sclérose en plaques (SP).

Lucy D., 53 ans et atteinte de SP, explique que Lifeline lui permet de mieux profiter de la vie, car une aide professionnelle est accessible en cas de chute ou d’une urgence médicale. Elle raconte : « Il y a deux ans, ma SP a évolué vers la forme progressive secondaire, me forçant à me servir d’une canne. Épouse et mère de deux enfants, je porte mon bouton Lifeline tous les jours, car il me permet de réaliser mes activités de façon indépendante. Plus qu’un bouton d’aide, Lifeline ne convient pas qu’aux aînés. Pour moi et pour d’autres comme moi, il apporte la liberté. »

1 aîné sur 3

fera une chute cette année

50 %

des aînés qui tombent ne peuvent se relever sans aide 5

« Plus qu’un bouton d’aide, Lifeline ne convient pas qu’aux aînés. »

Philips Research vient de publier une étude rétrospective sur 70 000 chutes parmi 145 000 abonnés Lifeline. Elle révèle une forte correlation entre les maladies chroniques et le risque de chute, ainsi que les conditions pouvant entraîner une blessure grave après la chute. Selon les données, les aînés souffrant de maladies chroniques tombent et sont hospitalisés d’urgence jusqu’à 54 % plus souvent que ceux ne présentant pas de maladies chroniques.

Dans l’étude de Philips, 72 % des sujets avaient au moins une maladie chronique, 68 % en avaient au moins deux, et 20 % en déclaraient au moins cinq. L’étude montre une corrélation directe entre le nombre de maladies chroniques signalées et la fréquence des chutes. Par rapport aux aînés sans maladie chronique, ceux qui souffrent d’au moins cinq maladies chroniques ont fait 40 % plus de chutes. Ceux atteints de trois maladies chroniques ont fait 15 % plus de chutes nécessitant un transport à l’hôpital.

L’étude établit aussi une corrélation entre des maladies chroniques précises et le besoin d’une hospitalization après une chute, par rapport aux aînés sans maladie chronique.

Les transports d’urgence dus aux chutes ont été plus fréquents chez les aînés atteints des maladies chroniques suivantes

80 %

des aînés ont au moins une maladie chronique et 68 % en ont deux ou plus 2

40 %

plus de chutes nécessitant un transport à l’hôpital.2

En plus de leur effet sur le nombre de chutes, les maladies chroniques coûtent à l’économie canadienne 90 G$ chaque année pour leur traitement et elles comptent pour 67 % des coûts totaux directs des soins de santé.

Le risque de maladie chronique croît avec l’âge, mais peut être atténué par un mode de vie sain. Ainsi, on estime qu’une alimentation saine, de l’exercice régulier et le fait de ne pas fumer pourraient prévenir 90 % des cas de diabète de type 2, 80 % des coronaropathies et 33 % des cancers.

Les maladies chroniques et les autres facteurs influençant la santé en général et le bien-être des adultes âgés de 65 ans et plus :

Arthrite
Une force musculaire et un équilibre réduits augmentent le risque de chute.
Obésité
Un manque d’exercice peut affaiblir les jambes, ce qui accroît le risque de chute.
Limites fonctionnelles
Elles altèrent la mobilité et constituent un indicateur mesurable des chutes répétées.
Médicaments multiples
De nombreux facteurs sont associés à un risque de chute accru et aux blessures liées aux chutes, mais aucun n’est aussi evitable ou réversible que l’usage de médicaments.
Peur de tomber
Elle se solde souvent par un taux d’activité réduit qui, à son tour, accroît le risque de chute.
Hypertension
Les étourdissements et les vertiges nuisent à l’équilibre, à la coordination et à la vision.
Diabète
Les complications courantes, comme la neuropathie périphérique, la rétinopathie et la néphropathie, agissent de façon indépendante et interdépendante pour accroître le risque de chute.

Les maladies chroniques peuvent accroître de façon importante le risque de chute

  • 4 aînés sur 5 souffrent d’au moins une maladie chronique
  • 1 aîné sur 3 éprouve des limitations

51 %

ARTHRITE

38 %

OBÉSITÉ

21 %

DIABÈTE

56 %

HYPERTENSION

47 %

PEUR DE TOMBER

54 %

MÉDICAMENTS MULTIPLES

41 %

LIMITES FONCTIONNELLES

Demandez une copie gratuite de l’étude de Philips sur les maladies chroniques.

Il a été démontré que les maladies chroniques ont une incidence directe sur les risques de chutes chez les aînés. Cette étude rétrospective montre la relation entre les maladies chroniques et les probabilités de chute, ainsi que les mesures qui peuvent être prises pour atténuer ce risque.

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir un tel contenu exclusif directement dans votre boîte de réception

SOURCES

  1. Données internes de Lifeline, janvier 2012 à juin 2014.
  2. Lifeline Systems, Personal Emergency Response Systems Achieve Positive Outcomes, 1993.
  3. Projections démographiques de Statistique Canada, 1971 à 2061.
  4. Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, Profil d’indicateurs de la santé, 2014, CANSIM 105-0501.
  5. Maladies chroniques liées au vieillissement et promotion de la santé et prévention des maladies, Rapport du comité permanent de la santé, 41e  législature canadienne, mai 2012.
Click here to Appel Click here to contact us and Courriel
Saisissez cette occasion!Payez d’avance et économisez jusqu’à 17 % sur le tarif mensuel.