Matières

    Guide de l’utilisateur d’un triporteur/quadriporteur électrique — conseils de sécurité et d’utilisation

    Vous envisagez d’acheter un triporteur/quadriporteur électrique? Vous ne serez pas déçu!

    Ces machines améliorent votre mode de vie et vous aident à redécouvrir un sentiment de liberté et de mobilité.

    Mais soyez averti, l’achat du mauvais triporteur/quadriporteur électrique et une utilisation incorrecte peut vous faire sentir plus frustré et piégé que jamais. Il peut même entraîner des blessures graves, comme des chutes, et personne ne veut ça.

    Nous allons donc nous assurer que vous tirerez le meilleur parti de votre achat, en décrivant exactement comment choisir le triporteur/quadriporteur idéal pour votre mode de vie, et en vous montrant comment l’utiliser en toute sécurité.

    Partie 1 : Comment acheter le parfait triporteur/quadriporteur électrique

    En ce qui concerne les triporteurs/quadriporteurs électriques, il n’y a pas de solution « meilleur sur le marché » ou « taille unique » qui convient à tout le monde. Vous avez besoin du bon triporteur/quadriporteur adapté à votre mode de vie.

    Posez-vous les questions suivantes :

    Puis-je me le permettre?

    C’est une question importante. Ces machines représentent un investissement considérable. Discutez avec votre médecin et votre compagnie d’assurance pour voir ce qui est possible.

    Vous devez savoir si votre police d’assurance couvrira un triporteur/quadriporteur électrique, et quel montant sera couvert.

    La plupart du temps, vous devez prouver un besoin médical. Parlez-en à votre médecin.

    Suis-je physiquement capable de m’en servir?

    Ça peut sembler facile, et ça peut l’être. Mais avant d’investir dans un triporteur/quadriporteur, assurez-vous de pouvoir vous asseoir droit pendant de longues périodes. Cela peut représenter un problème pour les personnes qui éprouvent des maux de dos.

    Vous devez également pouvoir utiliser le triporteur/quadriporteur avec les deux mains en tout temps. La conduite à une seule main n’est pas sécuritaire. Alors, assurez-vous que cela ne représentera pas un problème.

    Puis-je voyager (facilement) avec cela?

    Demandez à votre vendeur ou fournisseur de services à quel point votre scooter se déplacera facilement en voiture, en autobus ou en taxi.

    Vous devez savoir si (et comment) il peut être transporté en voiture, en fourgonnette ou en taxi. Il doit peut-être être démonté pour entrer dans le coffre d’un véhicule. Est-ce qu’il se démonte et se monte facilement? Les pièces sont-elles trop lourdes pour être soulevées en toute sécurité?

    Demandez également s’il est vendu avec un point d’ancrage qui peut être utilisé dans un taxi ou un autobus public.

    Vous ne voulez pas devoir le laisser à la maison parce qu’il est trop gros et trop encombrant pour être transporté quelque part.

    Quelle est la grandeur de ma maison?

    Si vous allez l’utiliser dans votre propre maison, examinez attentivement tous les coins tranchants, les escaliers et la grandeur/disposition de votre salle de bain.

    Si l’un de ces endroits est trop petit ou trop étroit pour utiliser un triporteur/quadriporteur, vous pouvez envisager d’acheter quelque chose d’un peu plus petit et plus maniable, comme un fauteuil roulant motorisé. Leur rayon de braquage est plus serré.

    Ce modèle de triporteur/quadriporteur est-il trop gros ou trop petit?

    Essayer votre triporteur/quadriporteur est extrêmement important en ce qui concerne la taille et le poids.

    Vous ne voulez pas qu’il soit trop gros parce qu’il pourrait être difficile à contrôler. En même temps, vous ne voulez pas qu’il vous donne l’impression de pouvoir vous transporter, sans rien d’autre.

    Lorsque vous examinez les exigences de poids pour un modèle donné, ne prenez pas simplement en compte votre propre poids. Pensez aussi à ce que vous transporterez régulièrement avec vous, comme :

    • Des bouteilles d’oxygène
    • Des paniers à linge
    • Des sacs d’épicerie

    Partie 2 : Apprendre à utiliser votre triporteur/quadriporteur

    Prenez le temps de vous familiariser avec votre triporteur/quadriporteur. Il vous faudra un peu de pratique pour vous habituer à sa grosseur et à son fonctionnement.

    Assurez-vous de vous entraîner à l’utiliser dans des espaces ouverts, si possible. Vous devez bien connaître les vitesses pour le garder toujours sous contrôle. Il est également important de connaître le rayon de braquage pour savoir quels angles et virages vous pouvez effectuer en toute sécurité lorsque vous êtes à l’extérieur.

    Le secret consiste à maintenir votre centre de gravité à l’endroit où il devrait être à tout moment : au milieu de votre siège. C’est ce qui vous empêche de vous pencher trop à gauche, à droite, à l’avant ou à l’arrière. Le basculement peut provoquer des blessures graves.

    Si vous vous penchez d’une manière ou d’une autre sans faire attention, vous risquez également d’engager accidentellement l’accélérateur et de décoller de façon inattendue. C’est évidemment dangereux pour vous-même et pour quiconque se trouve autour de vous.

    Lorsque le triporteur/quadriporteur est engagé (c.-à-d. lorsque vous êtes au volant et que vous contrôlez la vitesse), il existe deux modes différents que vous devez connaître :

    Mode roue libre

    Cela vous permet ou permet à une personne qualifiée de déplacer manuellement le triporteur/quadriporteur. Pour faciliter la poussée et le guidage, le système de freinage est désengagé.

    Quand il est en mode roue libre, il est important de se rappeler :

    Il faut remettre le triporteur/quadriporteur en mode de conduite pour verrouiller les freins avant de le laisser sans surveillance ou lorsque vous donnez le contrôle du triporteur/quadriporteur au conducteur

    Il ne faut jamais mettre le triporteur/quadriporteur en mode roue libre lorsque vous êtes en pente

    Il ne faut jamais mettre le triporteur/quadriporteur en mode roue libre sans une personne présente qui peut prendre le contrôle et l’empêcher de rouler

    Mode pousser trop rapide

    Le triporteur/quadriporteur peut également être équipé d’un mode pousser trop rapide. Cette fonction est activée lorsque le triporteur/quadriporteur est réglé en mode roue libre et qu’il fait exactement ce qu’il laisse entendre. Il empêche le triporteur/quadriporteur de prendre trop de vitesse ou de fonctionner dangereusement hors de contrôle.

    Il est conçu pour votre sécurité et pour empêcher le triporteur/quadriporteur de fonctionner de manière imprévue.

    Connexe : Guide complet pour prendre soin d’un parent âgé

    Partie 3 : L’utilisation de votre triporteur/quadriporteur sur les rues et les trottoirs

    Il y a de bonnes chances que vous vous procurez un triporteur/quadriporteur pour vous en servir à l’extérieur. Les gens aiment les triporteurs/quadriporteurs électriques parce qu’ils aident à effectuer les tâches quotidiennes, ou simplement à sortir et profiter de la vie.

    Mais il y a quelques bosses sur la route, au sens figuré et littéral. Vous allez faire face à des obstacles comme :

    • Des surfaces irrégulières ou sablonneuses
    • Des rampes
    • Des pentes
    • Des trottoirs
    • Des marches
    • Des bordures

    Tout cela peut sembler un peu intimidant au début, ou même dangereux. Mais nous allons vous fournir des conseils pour vous aider à vous frayer un chemin facilement et en toute sécurité à travers ces obstacles.

    Quelques règles d’or rapides. Vous devez éviter de conduire sur :

    1. Tout ce qui comporte de l’eau, ou près du bord d’un lac, d’une rivière, d’un océan ou d’un canal
    2. Un terrain accidenté ou des surfaces souples
    3. Les hautes herbes
    4. Le gravier grossier et le sable
    5. Près des voies ferrées ou des passages à niveau
    6. Partout où vous n’êtes pas à l’aise

    Conduire sur des rampes et des pentes

    Beaucoup de villes ont des réglementations strictes en matière de construction de rampes d’accès; mais ces rampes ne sont pas réglementées partout. Vous pouvez donc rencontrer des rampes et des pentes de toutes formes et tailles. Certaines seront faites par l’homme, et d’autres seront naturelles.

    Vous ne vous inquiétez peut-être pas de la rampe elle-même, mais plutôt des « sentiers en lacet ». Ce sont les virages à 180 degrés au milieu d’une rampe ou d’une pente qui vous oblige à revenir dans la direction opposée et à continuer à grimper. Ils peuvent être serrés et intimidants.

    Les « sentiers en lacet » peuvent demander un peu de pratique. Plus vous serez à l’aise avec les capacités de virage de votre triporteur/quadriporteur avant d’arriver à un sentier en lacet, le mieux ce sera.

    N’oubliez pas :

    1. Procédez avec prudence
    2. Maintenez une vitesse basse
    3. Prenez le virage aussi large que possible avec les roues avant, de sorte que les roues arrière puissent suivre

    Conduire en montant :

    D’abord et avant tout, votre triporteur/quadriporteur affiche des spécifications de performances maximales qui vous indiquent exactement le degré d’inclinaison des pentes que cette machine peut et ne peut pas gérer. Vous devez connaître ces limites et les garder à l’esprit en tout temps. Ensuite, n’oubliez pas de vous pencher vers l’avant lorsque vous montez une pente. Cela permet de maintenir votre centre de gravité à l’avant du triporteur/quadriporteur, ce qui vous permettra de rester stable.

    Conduisez aussi droit que possible, car tout virage serré ou zigzag peut vous faire perdre l’équilibre, vous faire basculer ou chuter. Ne tentez jamais de monter en pente avec votre siège en position inclinée. Cela peut également entraîner un basculement ou une chute dangereuse.

    Conduire en descendant :

    Là encore, conduisez toujours en ligne aussi droite que le terrain le permet. Un mouvement trop important d’un côté à l’autre peut provoquer une chute.

    Approchez-vous toujours d’une pente descendante le plus lentement possible, pour demeurer en sécurité. Si vous vous approchez à une vitesse avec laquelle vous n’êtes pas à l’aise, relâchez l’accélérateur et arrêtez-vous complètement avant de redémarrer.

    Rues et trottoirs

    Cela peut sembler stressant au début. Mais avec juste un peu de pratique et d’attention, vous pourrez circuler sur les rues et les trottoirs les plus fréquentés.

    Voici quelques points importants à retenir :

    • Respectez toujours la signalisation pour piétons.
    • Restez courtois et conscient de la présence des autres piétons, et ils feront de même. Par exemple, ralentissez et donnez un signal sonore et poli avant de dépasser d’autres piétons sur les trottoirs.
    • Votre triporteur/quadriporteur est conçu pour les trottoirs, les sentiers pédestres et les pistes cyclables. Il n’est pas conçu pour les routes ou les rues publiques très fréquentées. Évitez-les autant que possible.
    • Utilisez des équipements de sécurité comme des réflecteurs/vêtements réfléchissants, des lumières et des drapeaux de sécurité pour rester visible.

    Marches et bordures

    Le manuel de votre triporteur/quadriporteur vous indiquera exactement la taille ou la hauteur d’un trottoir ou d’une marche que votre machine peut monter en toute sécurité. Vous devez connaître ces chiffres et essayer de ne jamais les dépasser. Cela pourrait causer une perte de contrôle ou une mauvaise chute.

    Nous vous recommandons d’éviter les bordures de 5 cm (2 po) de hauteur, même si votre triporteur/quadriporteur peut les gérer. Ces plus grosses bosses peuvent provoquer des chutes dangereuses.

    Voici comment gérer cette situation :

    1. Approchez la bordure ou l’obstacle en ligne droite (sans angle)
    2. Ralentissez juste avant que vos roues avant ne touchent l’obstacle
    3. Accélérez de nouveau lorsque les roues arrière ont dépassé l’obstacle

    Que se passera-t-il si je tombe de mon triporteur/quadriporteur ?

    Ces véhicules peuvent vous aider à retrouver un sentiment de mobilité perdu, mais ils peuvent également être dangereux s’ils basculent ou tombent. Vous devez donc toujours traiter ces machines avec respect et être préparé.

    Investir dans un système d’alerte médicale peut aussi vous aider à vous sentir plus confiant. Savoir qu’il suffit d’une simple pression sur un bouton pour obtenir de l’aide permet aux aînés de vivre de manière plus autonome tout en leur procurant la tranquillité d’esprit.

    Il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir de l’aide!

    Quoi faire maintenant :

    Nous vous présentons 4 façons pour vous aider vous ou votre proche à vivre de façon plus sécuritaire et autonome à la maison, le plus longtemps possible.

    1. Recevez nos derniers conseils, outils et ressources directement dans votre boîte de réception. Inscrivez-vous à notre bulletin mensuel.
    2. Vous doutez que ce soit le bon moment de vous abonner à un service d’alerte médicale? Répondez à ce questionnaire pour le savoir.
    3. Si vous souhaitez profiter d’un mode de vie plus sain et sécurité, rendez-vous sur notre blogue ou visitez notre section Ressources pour lire et télécharger différents guides.
    4. Vous connaissez un ami ou un aidant qui aimerait lire cette page, partagez-la par courriel, LinkedIn, Twitter ou Facebook.