Matières

    Conseils de sécurité hivernale (Mise à jour du guide, 2021)

    Alors que la neige et la glace succèdent à la chute des feuilles, les aînés sont plus susceptibles de se blesser en tombant. Nous avons créé un guide complet pour vous aider, vous ou vos proches, à réduire les risques de chutes hivernales.

    Quelles sont les causes courantes de chute en hiver?

    Hypothermie

    Les aînés sont particulièrement vulnérables à l’hypothermie, qui peut provoquer des étourdissements, de la confusion, une respiration superficielle, accroissant ainsi le risque de chute.

    Niveau sous-optimal de vitamine D

    En hiver, l’ensoleillement réduit peut mener à des niveaux de vitamine D plus faibles. Cela diminue la force musculaire et des os nécessaire pour affronter les conditions de marche plus difficiles et minimiser les risques de blessure après une chute.

    Amener les risques de l’hiver à l’intérieur

    Les bottes d’hiver peuvent laisser des traces de neige à l’intérieur où celle-ci fond ensuite et peut entrainer une chute.

    Sens du toucher réduit

    Les conditions liées à l’âge, comme une mauvaise circulation sanguine, l’arthrite et le diabète, peuvent réduire le sens du toucher, nuisant ainsi à la capacité de « ressentir » l’état du sol à travers les bottes.

    Problèmes visuels

    L’acuité visuelle diminuant avec l’âge, les aînés distinguent plus difficilement les plaques de glace ou de neige glissantes, qui semblent n’être rien d’autre qu’une variation de teinte allant du blanc au gris. Et les niveaux de lumière plus faibles en hiver réduisent davantage la capacité de voir les risques et de les éviter.

    Connexe : Réduire les risques de chutes à la maison

    70 % des hospitalisations attribuables aux chutes se produisent en hiver

    6 conseils de sécurité hivernale à connaître

    Pour atténuer les risques de chute en hiver, les patients à risque devraient suivre ces étapes :

    • Choisir la traction

      Sur la neige et la glace, la meilleure défense contre les chutes est de porter des bottes qui adhèrent bien au sol. C’est plus facile à dire qu’à faire, car une étude du WinterLab du Toronto Rehabilitation Institute a montré que, parmi environ 100 paires de bottes d’hiver, seulement huit respectaient la norme minimale de résistance au glissement. Les patients peuvent consulter un classement des meilleures bottes au www.ratemytreads.com.

    • Rester en forme et actif

      Le froid venu, il est tentant de rester à l’intérieur. Toutefois, chez les aînés, l’inactivité peut diminuer la force musculaire, ce qui peut provoquer une chute.

    • Bien manger

      Des repas équilibrés et des aliments riches en vitamine D et calcium aideront à prévenir le dessèchement de la peau et à minimiser la perte de densité osseuse.

    • Prévenir l’hypothermie

      l’extérieur, habillez-vous chaudement en adoptant le multicouche et maintenez l’hydratation pour aider le sang à circuler jusqu’aux extrémités.

    • Être prudent

      Les aînés doivent éviter de se presser et être attentifs aux dangers, tels que les plaques de glace et les amas de neige.

    • Être prêt

      Les aînés doivent réfléchir à une façon d’obtenir de l’aide en cas de chute. Le nouveau service mobile GoSafe de Philips Lifeline est le compagnon idéal des aînés lorsqu’ils affrontent les rigueurs de l’hiver, car il peut appeler à l’aide partout où se trouve votre patient.* HomeSafe ou HomeSafe avec AutoAlerte offre une protection similaire aux aînés à la maison.

    Quoi faire maintenant :

    Nous vous présentons 4 façons pour vous aider vous ou votre proche à vivre de façon plus sécuritaire et autonome à la maison, le plus longtemps possible.

    1. Recevez nos derniers conseils, outils et ressources directement dans votre boîte de réception. Inscrivez-vous à notre bulletin mensuel.
    2. Vous doutez que ce soit le bon moment de vous abonner à un service d’alerte médicale? Répondez à ce questionnaire pour le savoir.
    3. Si vous souhaitez profiter d’un mode de vie plus sain et sécurité, rendez-vous sur notre blogue ou visitez notre section Ressources pour lire et télécharger différents guides.
    4. Vous connaissez un ami ou un aidant qui aimerait lire cette page, partagez-la par courriel, LinkedIn, Twitter ou Facebook.