Une association risquée pour la santé - Philips Lifeline

Lifeline Interconnexion pour les professionnels de la santé

Lifeline Interconnexion pour les professionnels de la santé

La tendance de la multiplication des médicaments affecte les aînés, créant un parfait cocktail qui accroît leur risque de chute et d’effets néfastes sur la santé.

Dans le secteur de la santé, la medication des aînés canadiens est un sujet brûlant, alors que des études dévoilent des tendances inquiétantes : usage de médicaments multiples, prescription excessive et inobservance.

La situation est préoccupante étant donné la corrélation établie entre la polypharmacie et les effets néfastes sur la santé, incluant les chutes.

 28 % des visites à l’urgence sont dues aux problèmes de médicaments

Davantage d’aînés prennent davantage de medicaments

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, la proportion d’aînés pregnant de multiples médicaments est en hausse. Près de 66 % des aînés inscrits aux régimes d’assurance-médicaments publics déclarent prendre au moins cinq médicaments et près de 25 % en prennent dix et plus. Une étude récente de l’Université de Toronto appuie ces données, indiquant que l’aîné canadien moyen prend, en moyenne, sept médicaments différents par année.

Il est prouvé depuis longtemps que la prise de multiples medicaments entraîne une augmentation des chutes et des urgencies médicales en raison des interactions médicamenteuses indésirables et des effets secondaires. L’étude de l’UdeT montre aussi que chaque médicament supplémentaire accroît de 2 à 3 % la probabilité d’une hospitalisation et de 3 à 4 % la probabilité d’une visite à l’urgence.

La surprescription de medicaments inappropriés ou à risque élevé

Le nombre de médicaments d’ordonnance offerts augmente, tout comme le nombre de medicaments inappropriés ou à risque élevé pour les patients aînés. Malheureusement, ces médicaments trouvent trop souvent leur place dans la pharmacie des personnes âgées.

Selon des chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique, plus d’un aîné canadien sur trois prend un médicament qui devrait être évité par les patients âgés, ce qui coûte annuellement 419 M$ à notre système de santé et jusqu’à 1,8 G$ si l’on tient compte des coûts indirects.

Des travailleurs de la santé, des groupes de patients et les gouvernements canadiens s’affairent à réduire de 50 %, d’ici 2020, l’utilisation de médicaments à risque élevé par les aînés. Un site Web canadien, www.deprescribing.org, permet aux prestataires de soins de santé, aux chercheurs et au public de partager et échanger de l’information sur la déprescription.

40 % des personnes de plus de 85 ans prennent plus de 10 pilules par jour

1 aîné sur 3 prend un médicament qui devrait être évité

50 % des patients ne prennent pas leurs médicaments de la manière prescrite

L’inobservance

Parmi les aînés qui prennent des médicaments sûrs et nécessaires, certains patients ne respectent pas la posologie, ce qui pose un problème persistant et important.

Selon les estimations, jusqu’à 50 % des patients ne respectent pas le traitement prescrit; les aînés étant moins enclins que la moyenne à y adhérer. Les raisons vont du manque de compréhension ou d’acceptation par le patient quant à la nécessité du ou des médicaments, jusqu’aux effets secondaires, en passant par le coût du médicament et le manque de communication entre médecin et patient.

L’inobservance provoque des effets importants, don’t un risque 5,4 fois plus élevé d’hospitalisation, de réhospitalisation et de mort précoce chez les patients souffrant d’hypertension, un risque 2,5 fois plus élevé d’hospitalisation chez les diabétiques et une augmentation de plus de 40 % des admissions en maisons de soins.

Fait étonnant, le taux d’observance du traitement est resté inchangé depuis trois décennies, malgré les efforts de nombreux groupes de santé, dont l’Organisation mondiale de la santé et l’Institute of Medicine.

Dans nos efforts soutenus de réduction de l’inobservance, les professionnels de la santé doivent être particulièrement vigilants afin d’assurer une communication claire et directe avec les patients et ils doivent tirer parti de tous les outils et ressources disponibles.

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir un tel contenu exclusif directement dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir un tel contenu exclusif directement dans votre boîte de réception

SOURCES

  1. Les soins de santé au Canada 2011 : regard sur les personnes âgées et le vieillissement, 2011; Institut canadien d’information sur la santé.
  2. More is not always better: More drugs mean seniors more likely to land in hospital, says study; National Post, 11 octobre 2016.
  3. Allin, S., et al., Does Increased Medication Use among Seniors Increase Risk of Hospitalization and Emergency Department Visits?; Health Services Research, 27 septembre 2016.
  4. Harmful medication prescribing to Canadian seniors costs $419M a year; CBC News, 22 juin 2016.
  5. Deprescribing medications for seniors a safety priority; CBC News, 26 février 2016.
  6. Hoban, Sandra; Falls risks vary with medications, studies find; www.iadvanceseniorcare.com.
  7. Brown, M. and Bussell, J.; Medication Adherence: WHO Cares?; Mayo Clinic Proceedings, avril 2011.
  8. Medication Adherence – Improving Health Outcomes; American College of Preventive Medicine, 2011.
Click here to Appel Click here to contact us and Courriel